[BLOG] Metal Gear Survive : Konami se moque t-il des joueurs ?

L’annonce de Metal Gear Survive avait connu un record de dislike sur Youtube, et depuis les joueurs (et plus particulièrement les fans de la saga Metal Gear) n’ont cessé de prendre en grippe le jeu… Cependant, ce MGS n’a pas que des défauts, c’est pourquoi j’ai eu l’envie de faire le point avec vous. Explications.

Metal Gear Survive : petite présentation du jeu

Avant de partir dans une explication sur l’exploitation de la licence par Konami, petite présentation de Metal Gear Survive sorti en février sur PS4, Xbox One et PC. L’action se déroule juste après Metal Gear Ground Zeroes (et donc une dizaine d’année avant MGS V). Attention petit spoil : lors de la destruction de la Mother Base, Big Boss est contraint d’abandonner ses troupes sous le feu de l’ennemi. Vous incarnez l’un des soldats de la Mother Base et vous vous faites… aspirer par un trou de ver !

Une fois de “l’autre côté” vous vous retrouvez dans un monde étrange peuplés de… zombies. Pour vous défendre de ces zombies vous devrez construire et gérer des bases militaires (un peu à la façon de MGS V avec la nouvelle Mother Base, mais en plus poussé peut-être). Ainsi, l’objectif du jeu sera de survivre aussi bien en solo qu’en multijoueur (d’où le nom de ce Metal Gear ^^). En effet, le mode multi permet de faire l’acquisition d’objets utiles pour le solo.

Voilà donc pour la base de ce Metal Gear Survive. Mais alors, pourquoi les joueurs grognent-ils autant auprès de Konami ? Les raisons sont multiples, et nous allons voir pourquoi.

Metal Gear Survive : un non-respect du travail d’Hideo Kojima ?

Si vous ne le connaissez pas (une telle chose est possible ?), Hideo Kojima est le père de la saga Metal Gear, et ce depuis plus de 30 ans maintenant. Ce dernier a quitté Konami après la sortie de MGS V, qui restera donc son tout dernier épisode sur cette saga devenue mythique auprès des joueurs.

Justement, peut-on continuer à exploiter une licence après le départ de son fondateur ? Par exemple, Final Fantasy continue d’exister même si Sakaguchi (le créateur de la licence), n’est plus aux manettes depuis longtemps…  Mais ici c’est différent, car Hideo Kojima a toujours eu un lien particulier avec les joueurs. Certains diront que c’est un génie, d’autres qu’il est narcissique, mais dans tous les cas, chacun de ses jeux font parler.

Mais alors pourquoi dit-on que Metal Gear Survive fait honte à la licence ? Plusieurs éléments à cela. Tout d’abord le fait que le jeu soit un spin-off sans aucun personnage central de Metal Gear : aussi bien Big Boss, Ocelot ou encore Miller ne sont pas présents dans le jeu. Nous pouvons aussi dire que Metal Gear Rising est dans ce cas là, mais Raiden est un personnage central de la série.

Autre point marquant et critiqué par les fans : la présence de zombies dans un univers parallèle. Là clairement nous arrivons dans le “n’importe quoi”, et cela résulte certainement d’une solution un peu facile trouvée par les créateurs du jeu pour justifier ce spin-off en lui-même.

Et enfin, la plus importante des digressions de ce Metal Gear Survive : l’absence d’un scénario profond, comme nous avons pu connaître par le passé avec les autres épisodes de la série. Quand un MGS 3 vous conte les débuts de Big Boss, que Phantom Pain nous retourne le cerveau, ou encore que Metal Gear Solid met en avant “Les Enfants Terribles”, cet épisode n’apporte strictement rien aux autres jeux, et au final, nous avons l’impression que Konami cherche à rentabiliser au maximum son jeu

Un système de micro-transactions qui fait débat.

En parlant de rentabiliser le jeu d’ailleurs, Metal Gear Survive a été proposé à pas cher par Konami, nous pouvions même l’avoir à moins de 30€ lors des bons plans avant sa sortie. Au départ, nous pouvions penser que c’était simplement parce que le jeu reprenait presque tous les éléments de Phantom Pain, mais la réalité est tout autre : Konami a mis en place un système de micro-transactions.

En effet, les joueurs ont été surpris (ou pas ^^), de voir ce système dans Metal Gear Survive. Un exemple assez incroyable relevé par la presse ces derniers jours : il faut payer une dizaine d’euros pour obtenir un deuxième slot de sauvegarde. Moi-même en écrivant ces lignes j’ai du mal à y croire ! Alors certes, il existe une autre façon d’obtenir les points nécessaires au deuxième slot, mais celle-ci est très fastidieuse et vous demande plusieurs semaines de jeu pour y avoir accès.

Mais ce n’est pas tout, le jeu propose d’autres choses à acheter via ce système de micro-transactions : des boosts d’expérience, production de ressources, points de batailles, etc… Tout ce qu’il faut donc pour créer un jeu déséquilibré et le transformer en pay-to-win. Je ne sais pas pour vous, mais pour un jeu proposé au minimum à 30€, c’est une pratique assez peu honnête…

Conclusion : alors ce Metal Gear Survive, arnaque ou pas ?

Il est difficile de répondre à cette question. Selon les premiers retours ce Metal Gear Survive est plutôt un bon jeu, et le concept de survie allié à la gestion des bases ainsi qu’à l’aspect tactique et action est une bonne chose.

Cependant, le système de micro-transactions mis en place peut très certainement gâcher le jeu, puisqu’on se rapproche ici presque d’un pay-to-win… Il est cependant possible de jouer sans ne rien acheter, et faire abstraction du jeu en ligne, mais à ce moment là, nous perdons un grand intérêt du soft… En effet, ce MGS est pensé pour jouer à plusieurs dans cet univers atypique proposé par Konami.

De ce fait, si l’on arrive à oublier qu’il s’agit d’un jeu estampillé Metal Gear et passer outre le système de micro-transactions, je pense que l’on peut très bien s’amuser sur le jeu ! Cependant, c’est typiquement le genre de jeu que les joueurs aiment boycotter, et ils n’ont pas forcément tort…


Les affaires du moment :